En route pour Beijing

by Jean-Sébastien Stehli, 2011 (France)


>Le photographe allemand Peter Lindbergh expose pour la premiere fois a Beijing. Imaginee par Jerome Sans, premier co-directeur du Palais de Tokyo, l’exposition s’intitule The Unknown. Il ne s’agit pas d’une exposition au sens classique du terme. ~~Avec Jérôme Sans~~, Lindbergh explore les liens entre la photographie et le cinéma, en 52 images grand format directement collées sur le mur de l’UCCA, la fondation de Guy et Miriam Ullens. Le photographe s’intéresse depuis longtemps déjà à ces liens. Son travail a évolué ces dernières années vers une photographie qui s’inspire du 7ème Art, avec une mise en scène très «spielbergienne». L’oeuvre de Peter Lindbergh, qui s’est d’abord intéressé à la lumière – et à son absence – passant de sa Ruhr natale à Arles et devenant un des maîtres du noir et blanc, se tourne maintenant vers une narration qui évoque le cinéma. ~~Son travail~~, y compris celui qu’il réalise pour le magazine Vogue, prend une autre dimension et devient aussi plus mystérieux. Il se passe sous nos yeux (mais pas seulement) des choses qui nous fascinent et nous dépassent, semble-t-il dire. D’où le titre The Unknown, faisant référence à ce que nous ne connaissons pas et au travail de Peter Lindbergh qui nous est présenté maintenant. >Il est temps de preter attention au travail de Peter Lindbergh. Le Ciel pourra attendre. Les photographes de mode souffrent d’un sort étrange: en échange de la grande visibilité de leur travail (et de l’argent), le monde de l’art refuse de les considérer comme des artistes à part entière, avec une vision du monde qui leur est propre. Il a fallu que ~~Richard Avedon~~ rejoigne au paradis tous les grands noms de l’histoire de la photographie pour que le Jeu de Paume lui ouvre ses portes avec une exposition qui a stupéfié ceux qui ne connaissaient pas son travail. Il a fallu que les amis américains du Centre Pompidou ouvrent généreusement leur portefeuille pour que le musée compte enfin des images d’Avedon dans ses collections. Il est temps de prêter attention au travail de Peter Lindbergh. Le Ciel pourra attendre.